Lanceuse, 2017

Lanceuse, 2017
tôle découpée
80 x 105 cm
Lanceur B, 2017

Lanceur B, 2017
tôle découpée
Camp, 2017

Camp, 2017
Installation de tôles ondulées et miroirs
16 mètres de long
Spiral Large, 2017

Spiral Large, 2017
fils barbelés
230 x 100 cm
Arbre 3, 2017

Arbre 3, 2017
fils barbelés et bois d'olivier
110 x 110 x 110 cm
Arbre 5, 2017

Arbre 5, 2017
fils barbelés et bois d'olivier
120 x 110 x 85 cm
Arbre 6, 2017

Arbre 6, 2017
fils barbelés et bois d'olivier
105 x 85 x 100 cm
Circle, 2017

Circle, 2017
Fil Barbelé
80 x 80 cm
Spirale ( format horizontal), 2017

Spirale ( format horizontal), 2017
encre et crayon sur papier
30 x 42 cm
Encadrement : 35 x 49 cm
Maison des pigeons, 2017

Maison des pigeons, 2017
encre et crayon sur papier
30 x 42 cm
Encadrement : 35 x 49 cm
Métier à tisser, 2017

Métier à tisser, 2017
encre et crayon sur papier
30 x 42 cm
Encadrement : 35 x 49 cm
Sans Titre, 2017

Sans Titre, 2017
encre et crayon sur papier
30 x 42 cm
Encadrement : 35 x 49 cm
Spirale ( vertical), 2017

Spirale ( vertical), 2017
encre et crayon sur papier
30 x 42 cm
Encadrement : 35 x 49 cm

Abdul Rahman Katanani, lanceur de pierre, tôle ondulée et fil barbelé

Abdul Rahman Katanani, Spirale, fil barbelé

Abdul Rahman Katanani, Spirale (détail), fil barbelé

Abdul Rahman Katanani, fil barbelé

Abdul Rahman Katanani, fil barbelé. Installation Vents des forêts

Abdul Rahman Katanani, fil barbelé. Installation Vents des forêts

Abdul Rahman Katanani, fil barbelé. Installation Vents des forêts

Abdul Rahman Katanani, artiste plasticien d'origine palestinienne est né dans le camp de Sabra durant la guerre civile libanaise. Il réside une large partie de l’année à Sabra, camp de réfugiés palestiniens de la banlieue occidentale de Beyrouth. Le camp est son biotope, son élément naturel. S’il y vit, il y crée aussi, en en faisant son atelier et son premier lieu d’exposition, pour ceux qui y vivent comme lui. Connu dans un premier temps comme artiste et comme caricaturiste, Katanani opte bientôt pour la sculpture. Ses réalisations se signalent par l’usage de matériaux récupérés tels que la tôle ondulée, le fer barbelé et autres. Elles évoquent à répétition les thèmes de la pauvreté, de l’enfermement territorial, de la contrainte, de la liberté. Le résultat d’un « étant-donné », de façon cohérente. En articulant cet ensemble, l’artiste met bord à bord un réel pesant, la vie des réfugiés au Liban, au statut d’apatrides, et une oeuvre qui entend rendre compte d’une réalité chargée, lourde, qu’aurait décrit l’écrivain Peter Handke, de « poids du monde », la pesanteur même des circonstances de vie.

 

Paul Ardenne

Pour plus d'information sur l'artiste et les œuvres disponibles : cliquez ici